Photo : Elsa Lassus 

Photo : Elsa Lassus 

Je m’appelle Jérémy, j’ai 30 ans et cela fait maintenant plus de 4 ans que je suis photographe de mariage. Avant cela, comme beaucoup d’autres photographes, tout a simplement commencé par un couple d’amis me demandant de photographier leur grand jour. Suite à cette demande, malgré l’enthousiasme d’avoir l’occasion d’explorer un domaine de la photo qui était encore inconnu pour moi, pour être honnête je pensais que photographier un mariage serait plutôt ennuyeux, et peu intéressant artistiquement. Mais l’envie de faire plaisir à ces amis me conduisit à accepter leur demande sans hésiter! 

Je m’étais déjà aperçu de quelque chose durant le grand jour, mais emporté par sa vitesse et ses évènements, le temps passa à cent à l’heure. Ce fut vraiment au retour des festivités, lorsque je regardais pour la première fois mes photos, que tout changea. Je m’aperçus qu’au fur et à mesure que je faisais défiler les images, et que je revivais la journée dans mon esprit, j’avais des larmes qui coulaient. N’étant pas quelqu’un qui montre facilement ses émotions, je n’avais aucune explication à cette réaction. Ce que je savais, c’est que j’avais envie de revivre cela, encore et encore, ces tornades d’émotions déclenchées chez les mariés et leurs invités. 

Depuis, j’exerce ce métier avec toute mon énergie et ma passion, faisant tout pour recréer cette émotion que j’ai ressenti aux mariés qui visionnent le reportage que je leur livre. Je ne vais pas mentir, je l’exerce pour les mariés, mais aussi pour moi. Je suis toujours à la recherche d’une meilleure compréhension de moi même, au fur et à mesure des saisons, de la raison de cette réaction si forte à une journée de mariage. Avec les années, j’ai fini par comprendre que cela est en bonne partie lié au fait que, comme beaucoup d’autres, mes parents ont divorcé lorsque mon frère et moi étions gamins. Ce fut une période très douloureuse, remplie d’émotions négatives. Je comprends maintenant que j’ai besoin de voir et re-voir que le véritable amour existe et est possible, et qu’il est entouré de joie! Je fais à chaque saison des rencontres extraordinaires, je vis des moments forts et intimes avec des mariés qui sont même parfois devenus des amis, avec qui l’on s’est serré fort dans les bras avant de se quitter à la fin de la journée. Je vis tout cela en réalisant la chance que j’ai de pouvoir être photographe de mariage. 

Quand au fait de penser que le mariage pourrait être peu intéressant artistiquement, j’ai la aussi réalisé à quel point je pouvais me tromper. Je fais ainsi tout mon possible pour imprimer sur chaque reportage ma façon de voir le monde. 

Mais encore 

Vous savez maintenant pourquoi je suis photographe de mariage. Mais j'ai aussi envie de vous parler de ce que j'aime et qui m'anime au quotidien en dehors de mon métier !

Question musique, j'ai mes périodes, mais j'oscille en ce moment entre l'électro hip-hop/soul de Kaytranada et l'électro house de Disclosure. Vous l'aurez compris, c'est donc une période très électro.

A la question quel est ton film favori, j'ai longtemps répondu Into the wild, mais maintenant je pense que c'est A bord du Darjeeling limited. Cela dit je ne dis pas non à un bon Marvel, et le gros plaisir inavouable c'est Pacific Rim. Oui, j'assume totalement.

Le voyage qui fait rêver, c'est enchainer les états de l'Arizona, du Nevada, de la Californie, de l'Oregon et de Washington dans un van. Mais aussi passer quelques semaines en Inde avec mon sac à dos. En attendant, mes plus gros coups de coeur pour l'instant sont L'Islande, l'Écosse et son île de Skye, et le Vietnam.

La bière qui annonce une bonne soirée, en première position c'est la Trappe tripel, et en seconde la Trappe quadrupel.

Mon carburant quotidien, c'est le café, j'en sirote d'ailleurs un actuellement. 

Pendant longtemps, si j'avais pu avoir un véhicule au choix, cela aurait été une Mustang ancienne pour rouler dans le désert, mais maintenant cela serait un beau van VW Westfalia pour aller dormir dans les montagnes. 

J'espère que tout cela vous en aura appris plus sur moi, pourquoi ne pas engager un véritable échange maintenant? 

Jérémy